Rosie The Riveter, un symbole Américain.

Qui est donc Rosie The Riveter ?

Mary Doyle Keefe cela ne vous dis rien? mais vous connaissez forcément cette image  une femme en salopette, des bras musclés, prenant sa pause déjeuner, les pieds posés sur le livre écrit par Hitler « MeinKampf »

Cette ouvrière, appelée « Rosie la riveteuse » symbolisa les 6 millions  de femmes Américaines qui ont pris la relève dans l’industrie de l’armement alors que les hommes étaient au combat.

Le tableau  Norman Rockwell en 1943, s’inspire de la posture de l’Isaïe de  Michel-Ange  peint sur une fresque de la Chapelle Sixtine  en 1509.

Le modèle  n’avait que 19 ans et était opératrice téléphonique. Voisine de Norman Rockwell, elle pose pour lui deux matinées, payées 5 dollars chacune . Norman travaille sur photos avec l’aide du photographe Gene Pelham.

Norman Rockwell et son modèle Mary Doyle Keefe

Elle fera la Une de l’hebdomadaire Saturday Evening Post, distribué le jour du Memorial Day et deviendra la référence iconographique que l’on connaît.

La jeune femme a sous le coude une boîte de déjeuner ornée d’un prénom  Rosie. Norman a puisé dans une chanson écrite en 1942 « Rosie The Riveter » pour choisir ce prénom.

« Toute la journée, qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil, elle fait partie de la ligne d’assemblage ; elle fait l’histoire en travaillant pour la victoire, Rosie la riveteuse »Jolies paroles!! Rosie travailleuse, patriote qui pose des rivets sur des armes et offre son salaire au budget de la Défense.

Pochette du disque

Mary Doyle est décédée dans le Connecticut, à l’âge de 92 ans en 2015. Elle restera « Rosie la riveteuse », même si elle  n’a jamais posé un seul rivet Après avoir servi de modèle à Rockwell, elle a obtenu un diplôme en hygiène dentaire.Mary est partie vivre dans le Massachusetts avec son mari et ses enfants. L’œuvre qu’elle a inspirée, elle a été vendue par Sotheby’s en 2002 pour 5 millions de dollars.Depuis 2009, elle est conservée au Crystal Bridges Museum of American Art, dans l’Arkansas.

On peut le faire !! en français

L’affiche  crée en 1942 par J. Howard Miller faisait partie d’une campagne d’affichage pour encourager les femmes à participer à l’effort de guerre, en s’employant comme ouvrières dans les usines.
L’ affichiste se voit confier la réalisation de 42 affiches pour l’entreprise Westinghouse Electric.L’affiche la plus célèbre de cette campagne de propagande fut « We Can Do It ! »

Elle ne fut tirée qu’a  1800 exemplaires, puis collée sur les murs de l’usine pendant 2 semaines seulement, du 15 au 28 février 1942.

Elle fut recouverte par les autres affiches de Miller et disparut totalement.

À Alameda, le lieutenant-colonel Darron a fixé un code vestimentaire strict pour les femmes qui travaillent dans les ateliers d’assemblage et de réparation d’aéronefs, les pantalons et les coiffures étaient obligatoires. Pas de sandales ou de chaussures à bout ouvert.Pas de bijoux

Pour diffuser  les règles de la mode en usine, un journaliste a  pris des photos le 24 mars 1942  d’une jeune  femme portant une combinaison, un foulard à pois, courbée sur un tour.La photo parut dans divers journaux

26 Mar 1942, Alameda, California, USA

J. Howard Miller a peut-être pris pour modèle une photo de Geraldine Doyle, 17 ans aux commandes d’une presse à métal.

Elle se reconnut elle-même comme le modèle de l’affiche « We can do it !!  Géraldine Doyle a d’abord vu une photographie de presse de la femme non identifiée en lisant un magazine en 1984. Basée sur une ressemblance forte et ces souvenirs de sa brève période dans l’usine du Michigan à l’été 1942. Quand le magazine Smithsonian  publie le «We Can Do It! »  en couverture, elle en persuadèe.

Géraldine Doyle n’a jamais produit le magazine ou la photo pour soutenir son histoire.

Cette théorie ne fait pas l’unanimité.  En effet, cette photo est aussi revendiquée par Noémi Parker Fraley. En 2009, elle et sa sœur ont visité Richmond pour une réunion «Rosie» elles ont vu la photo sans la légende. Les informations d’accompagnement identifiaient la femme comme  Mme Doyle.

Noémie et sa soeur en 1942

Je ne pouvais pas le croire, il y avait le nom d’une autre personne sous mon identité, mais je savais que c’était moi sur la photo !! elle a été prise en mars 1942  alors que je travaillais avec ma soeur à l’ancienne gare aérienne de l’Alameda  déclare Mme Fraley

L’article et le nom du modèle

 

«C’est une affirmation totalement impossible à vérifier» a déclaré Penny Colman, auteur du livre de 1995, «Rosie the Riveter.

Par Penny Colman en 1995

Mme Colman a indiqué que l’artiste a utilisé des modèles vivants et a fait des composites des images qu’il a trouvées dans des magazines et des journaux.

Aucune femme célibataire ne devrait prétendre avoir été « Rosie »parce que l’affiche est censée nous représenter toutes. C’était notre détermination à gagner la guerre.

Noémie Fraley
Noémie Fraley et sa soeur

Un film de propagande a été tourné avec Rose Will Monroe

La Rosie du Film

Elle était l’original «Rosie the Riveter» une habitante du Kentucky qui en tant que jeune veuve est allée construire des bombardiers B-29 à Ford Willow Run Aircraft Factory dans le Michigan.

Rose est devenue la personnification de la fiction  « Rosie the Riveter » .Elle a été remarquée par Walter Pidgeon  à l’usine de Ypsilanti au Michigan et a été invitée à apparaître dans ce film promotionnel pour l’achat d’obligations de guerre.

Il a été montré dans les théâtres  pour encourager les téléspectateurs à acheter des obligations.

Rose Wild Monroe décédée en 1997

On appela « Rosies » celles qui allèrent travailler dans les usines. Mais si de nombreuses Rosies voulurent continuer à exercer ces métiers, elles furent encouragées, au retour des hommes à laisser leur place aux soldats  et à retourner à leurs fourneaux.

L’affiche est redécouverte en 1984 , une frange de la mode du début de XXIe siècle s’inscrit dans une mouvance rétro . Des sites spécialisés, qui s’en revendiquent, réutilisent la figure de Rosie pour son allure  glamour et rebelle. L’affiche est également détournée par des mouvements féministes.

2011

Ils existent des réunions « de Rosie »

Hommage aux « Rosie » de la 2éme guerre mondiale
2000 pour le livre des records

Les temps changent les revendications aussi mais rien n’est jamais acquis! Alors  » WE CAN DO IT «