Conversation avec Cloé Banerjee-Din

 «On est unique lorsqu’on porte du vintage»

Derrière le comptoirPatronne de la boutique de seconde main Chabada à Lausanne, Muriel Dousset ne jure que par la mode d’un temps où l’élégance avait encore un sens.

Muriel Dousset dans sa boutique de vêtements de seconde main

Muriel Dousset dans sa boutique de vêtements de seconde main Image: Vanessa Cardoso

Par Chloé Banerjee-Din

Ces jours-ci, sa pièce préférée est une magnifique robe noire des années 50, dont la jupe en soie ravit le bout des doigts lorsqu’on la touche. Effet «Mad Men» garanti! Cela dit, ce n’est pas Muriel Dousset qui s’exclamerait d’une telle façon. Car si elle se passionne pour le vintage, ce n’est en tout cas pas pour répondre à un bête effet de mode télévisuel. «Je ne porte que cela. Tout est mieux: la qualité, les coupes… On est unique lorsqu’on porte du vintage.»

Mais pour Muriel Dousset, le vintage, ce n’est pas qu’une esthétique: «L’industrie textile aujourd’hui a des retombées écologiques et humaines qui me révoltent.» Autrefois, sa mère travaillait comme «remailleuse» pour le fabricant de bas Iril, à Renens. «Elle travaillait à l’usine, mais elle pouvait se payer un loyer et à manger. Ce n’est sans doute pas le cas d’une ouvrière dans les pays où produisent les grandes marques d’aujourd’hui!» Les pièces uniques que propose Chabada Vintage sont à l’évidence choisies avec passion. Elles comprennent des robes chics des années 30 pour moins de 200 francs, d’autres vêtements originaux et encore bien plus abordables, ainsi que des chaussures, des sacs, des pochettes ou encore des bijoux. (24 heures)

Chabadavintage remercie toute l’èquipe du » 24 heures » pour ce super moment.